COP15 de la Convention sur la Diversité Biologique

Contexte

La Convention sur la Diversité Biologique est entrée en vigueur le 29 décembre 1993 et compte actuellement 193 Parties.
La Convention vise à promouvoir la conservation de la biodiversité (dont la diversité au sein des espèces, entre les espèces et des écosystèmes), l’utilisation durable de ses éléments et le partage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation des ressources génétiques

Puis, ont été adoptés le Protocole de Cartagena sur la prévention des risques biotechnologiques, qui traite du transfert, de la manipulation et de l’utilisation en toute sécurité des organismes vivants modifiés (OVM) susceptibles d’avoir des effets néfastes sur la biodiversité, en tenant compte de la santé humaine et des mouvements transfrontières ;
le protocole additionnel de Nagoya-Lumpur sur la responsabilité et la réparation au Protocole de Cartagena, qui prévoit les règles et procédures internationales sur la responsabilité et la réparation des dommages causés à la biodiversité par les OVM ;
le Protocole de Nagoya sur l’accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation, qui établit un cadre international pour le partage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation des ressources génétiques, y compris un accès approprié aux ressources génétiques et le transfert de technologies pertinentes ;
plusieurs programmes de travail thématiques et transversaux, notamment sur la biodiversité marine et côtière, agricole et forestières, les aires protégées et le transfert de technologie.

Le Plan stratégique pour la biodiversité 2011-2020, y compris les Objectifs d’Aïchi, a été adopté par la 10ème réunion de la Conférence des Parties en 2010 à Nagoya (Japon). Le Plan stratégique fournissait un cadre global sur la biodiversité, non seulement pour les conventions liées à la biodiversité, mais pour l’ensemble du système onusien et tous les autres partenaires engagés dans la gestion de la biodiversité et l’élaboration de politiques. Les Parties à la Convention ont convenu de traduire le Plan stratégique et ses objectifs d’Aïchi en stratégies et plans d’action nationaux révisés et actualisés afin d’assurer leur mise en œuvre aux niveaux national et local.

En route pour Kunming

COP15


La Conférence des Nations Unies sur la biodiversité devait initialement se tenir du 15 au 28 octobre 2020 à Kunming, en Chine, mais a été reportée au 23 mars 2021 en raison de la pandémie de COVID-19. Le 15 juillet, le Secrétariat de la CDB a annoncé que la réunion aurait lie du 17 au 30 mai 2021. Cependant, le 18 mars 2021, le Secrétariat a informé les parties que les réunions auraient lieu du 11 au 24 octobre 2021 à Kunming, en Chine.

La Conférence comprend la 15ème réunion de la Conférence des Parties (COP15) à la Convention sur la diversité biologique (CDB), la 10ème réunion des Parties au Protocole de Cartagena sur la prévention des risques biotechnologiques et la 4ème réunion des Parties au Protocole de Nagoya sur l’accès et le partage des avantages.

La communauté internationale examinera, sous les auspices de la Convention sur la Diversité Biologique, les succès et les échecs de la mise en œuvre du Plan stratégique pour la biodiversité 2011-2020. Il est également prévu que la décision finale sur le cadre mondial de la biodiversité pour l’après-2020 sera prise, ainsi que des décisions sur des sujets connexes, dont le renforcement de capacités et la mobilisation des ressources.

Les organes subsidiaires de la Convention chargé de fournir des avis scientifiques, techniques et technologiques (SBSTTA) et de mise en œuvre (SBI) traiteront des aspects du cadre post-2020 pertinents pour leurs mandats.
Le SBSTTA examinera les éléments possibles pour le cadre mondial pour l’après-2020, y compris toutes les implications découlant des évaluations mondiales telles que celles de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les systèmes écosystémiques (IPBES) et examinera plus en avant le projet d’un point de vue scientifique et technique.
Le SBI examinera également le projet du point de vue des moyens de soutenir et d’examiner sa mise en œuvre.

Dans un premier temps, un document de discussion a été mis à disposition par le Secrétariat de la CDB, décrivant les principaux domaines de discussion et de prise de décision découlant des délibérations et des soumissions antérieures (la structure du cadre mondial pour l’après-2020 et l’intégration des objectifs et des engagements volontaires, des questions politiques et stratégiques telles que le niveau d’ambition, la relation avec les processus pertinents, l’intégration de prospectives diverses, la communication et la sensibilisation, la relation entre la Convention et ses protocoles, les indicateurs, les stratégies et plans d’action nationaux pour la biodiversité et la mobilisation des ressources et le financement.
En parallèle, les négociateurs doivent s’assurer que la Convention conserve sa pertinence dans le contexte général du développement durable et catalyser un large consensus sociétal sur l’importance de la biodiversité.

Parmi les enjeux fondamentaux au cœur de la gouvernance de la biodiversité :

  • Délimiter le nouvel ensemble d’objectifs en matière de biodiversité, maintenir l’ambition de la Convention tout en favorisant l’action sur le terrain ;
  • Cibler les causes profondes de la perte de biodiversité et l’implication appropriée de la communauté internationale ;
  • Coupler les engagements et objectifs en matière de biodiversité à des engagements spécifiques sur le financement, le renforcement des capacités et le transfert de technologie ;
  • Identifier les mécanismes et outils pouvant soutenir la mise en œuvre aux niveaux national et local ;
  • Renforcer la pertinence de la Convention et de ses protocoles face aux évolutions scientifiques et aux nouvelles technologiques ;
  • Intégrer différentes visions du monde, en particulier celles des peuples autochtones et des communautés locales ;
  • Intégrer le grand public dans la gouvernance de la biodiversité.