Bilan de la COP27 Climat

La 27ème Conférence des Parties de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques s'est tenue du 6 au 18 novembre 2022.

En réaction aux quatre enjeux auxquels devait répondre la COP, les négociations ont porté sur ces points forts :

  • L'accord de Paris, signé en 2015 à la COP21, avait consacré l'objectif ambitieux de la limite du réchauffement climatique à +1,5°C. Ce chiffre est bien repris dans la déclaration finale mais aucun nouveau moyen n'est mentionné pour renforcer la crédibilité de cet engagement. En effet, les pays qui ne se trouvent pas sur cette trajectoire sont invités à mettre à jour leurs objectifs de réduction de gaz à effet de serre d'ici fin 2023.
    L'organisation des Nations Unies a récemment alerté sur la perspective d'un réchauffement climatique à +2,6°C, voire +2,8°C à la fin du siècle. Son secrétaire général a déclaré par ailleurs :

"Nous devons drastiquement réduire les émissions maintenant. Et c'est une question à laquelle cette COP n'a pas répondu."

  • Pour la première fois, les réparations réclmées aux pays riches, principaux responsables du réchauffement climatique, par les pays pauvres, principales victimes du dérèglement climatique, ont été inscrites à l'agenda de la COP. Les États Parties se sont entendus sur la création d'un fonds relatif aux pertes et dommages engendrés par le changement climatique. Une dizaine de pays (dont la France, l'Écosse, la Belgique, l'Allemagne, l'Irlande, l'Autriche, le Canada...) se sont engagés à verser 300 millions de dollars pour dédommager les pays vulnérables.
     
  • La décision finale de la précédente COP, tenue à Glasgow en 2021, avait été le premier texte à mentionner les énergies fossiles : "accélérer les efforts vers la diminution progressive de l'énergie au charbon, sans système de capture [de CO²] et des subventions inefficaces aux énergies fossiles." Le texte de la COP27 reprend mot pour mot la formule choisie à la précédente réunion.