Un Pacte Vert pour l'Europe

Le changement climatique et la dégradation de l'environnement constituent une menace existentielle pour l'Europe et le reste du monde. Pour y faire face, l'Europe a eu besoin d'une nouvelle stratégie de croissance qui transforme l'Union en une économie moderne, compétitive et efficace dans l'utilisation des ressources.

Afin de relancer la dynamique et les ambitions écologiques de l'Europe, la présidente de la Commission européenne Ursula Von Der Leyen a présenté en décembre 2019 le Pacte Vert pour l'Europe.

"Nous voulons être le plus ambitieux et réaliste possible. C'est une réponse à nos concitoyens qui attendent de nous de l'action. C'est une feuille de route au long terme qui devra être adaptée. Mais nous voulons réussir." a expliqué la présidente.

Ce Pacte Vert pour l'Europe, qui apparaît à la fois comme un changement de méthode et un programme de travail, a pour premier objectif d'inscrire la neutralité climatique d'ici 2050 dans un nouveau paquet législatif prévu pour mars 2020. La présidente a rappelé que ne rien faire coûtera 200 milliards d'euros par an supplémentaire à l'économie européenne.

La Commission promeut également un objectif réhaussé pour 2030 (-50% voire -55% de GES en 2030 contre 40% aujourd'hui).

La Commission présente aussi ce Pacte Vert comme étant la nouvelle stratégie de croissance de l'Union Européenne dans les années à venir afin de réconcilier l'économie avec la planète, avec comme condition de succès une stratégie inclusive qui emportera tous les États, leurs régions et les citoyens européens.

La présidente a insisté sur le fait qu'elle ne veut pas que ce Pacte Vert soit la politique climatique de l'Union Européenne mais bien une stratégie environnementale globale de lutte contre les pollutions, contre l'effondrement de la biodiversité, pour une économie circulaire.

La Commission souhaite que ce Pacte Vert soit décliné de manière systématique dans toutes les politiques de l'Union Européenne afin que les décisions de l'UE soient cohérentes avec ce Green Deal. Cette approche systématique se traduira par la refonte de la législation directe mais aussi des législations indirectes comme par exemple le reporting extra-financier des entreprises qui sera réactualisé à la lumière de ces nouvelles ambitions.

Concernant la biodiversité, la présidente a déclaré :

"Rendre la nature à nouveau saine est la clé de notre bien-être physique et mental et est un allié dans la lutte contre le changement climatique et les épidémies. C'est au coeur de notre stratégie de croissance, et fait partie d'une reprise européenne qui rend plus à la planète que ce qu'elle ne lui prend."

Face au changement climatique, à l'appauvrissement de la biodiversité et la propagation des pandémies dévastatrices, la Commission estime que le moment est venu de rétablir notre rapport brisé à la nature. La stratégie en faveur de la biodiversité placera l'Europe sur la voie de la reprise écologique à l'horizon 2030.

La biodiversité, essentielle à la vie, procure des denrées alimentaires, des médicaments, des matériaux et des loisirs et pourvoient à notre santé et notre bien-être. Un écosystème sain permet de filtrer notre air et notre eau, contribue à maintenir l'équilibre climatique, transforme les déchets en ressources, pollinise et fertilise les cultures, et bien plus encore.
La nature pourvoit également aux besoin des entreprises : la moitié du produit intérieur brut mondial (PIB), soit 40 milliards d'euros, dépend de la nature.

La nature est entrain de disparaître comme jamais auparavant à cause d'activités humaines non durables. La population mondiale d'animaux sauvages a chuté de 60% au cours des 40 dernières années. Un million d'espèces sont menacées d'extinction.
L'appauvrissement de la biodiversité et la crise climatique sont interdépendants : si l'un s'aggrave, l'autre aussi. Il est essentiel de restaurer les forêts, les sols et les zones humides, et de créer des espaces verts dans les villes pour parvenir à atténuer les effets du changement climatique d'ici à 2030.

La stratégie en faveur de la biodiversité tend à la création de zones protégées représentants au moins 30% des terres en Europe et 30% des mers et Europe, avec des objectifs juridiquement contraignants en matière de restauration de la nature en 2021, prévoyant une protection plus stricte des forêts de l'UE.
Elle prévoit également la restauration des écosystèmes terrestres et marins dégradés dans toute l'Europe en étendant l'agriculture biologique et en augmentant les éléments de paysage riches en biodiversité sur les terres agricoles, en enrayant et inversant le déclin des pollinisateurs, en réduisant et inversant le déclin des pollinisateurs, en réduisant de 50% d'ici 2030 l'utilisation et la nocivité des pesticides, en rétablissant au moins 25 000km de cours d'eau à courant libre dans l'UE et en plantant 3 milliards d'arbres d'ici à 2030.

La Commission s'est engagée à débloquer 20 milliards d'euros par an pour la biodiversité en recourant à diverses sources, y compris les fonds de l'UE et des financements nationaux et privés. Les considérations en matière de capital naturel et de biodiversité seront intégrées aux pratiques commerciales.
De plus, elle souhaite faire en sorte que l'UE devienne un chef de file mondial dans la gestion de la crise planétaire de la biodiversité. La Commission mobilisera l'ensemble des instruments de l'action extérieure et des partenariats internationaux en vue d'adopter un nouveau cadre mondial ambitieux en matière de biodiversité sous l'égide des Nations Unies lors de la conférence des parties à la Convention sur la Diversité Biologique en 2021.

La restauration de la nature constituera un élément central du plan de relance de l'UE en réaction à la pandémie de COVID-19, qui offrira des possibilités immédiates en matière de commerce et d'investissement en vue de redresser l'économie de l'UE auprès de trois secteurs économiques clés : la construction, l'agriculture et les denrées alimentaires.

La conservation de la biodiversité pour l'économie présente de nombreux avantages dont l'augmentation des bénéfices annuels de l'industrie des produits de la mer de plus de 49 milliards d'euros grâce à la conservation des stocks marins, une économie d'environ 50 milliards d'euros par an pour le secteur de l'assurance grâce à la réduction des pertes dues aux inondations en protégeant les zones humides côtières, le maintien de la valeur de six secteurs dépendant de la nature pour plus de 50% (produits chimiques et matériaux, aviation, voyages et tourisme, activités immobilières, secteur minier et métallurgie, chaîne d'approvisionnement et transport, commerce de bétail, biens de consommation et mode de vie) et entre 200 et 3000 milliards d'euros par an pour Natura 2000, le réseau européen de protection de la nature.

L'inaction, de son côté, engendre de nombreuses conséquences telles que l'appauvrissement de la biodiversité et l'effondrement des écosystèmes, des coûts économiques et sociaux estimé à une perte entre 3,5 et 18,5 milliards d'euros par an en matière de services écosystémiques entre 1997 et 2011, la réduction des rendements agricoles et des captures de poissons, la mise en péril de 75% des cultures vivrières dans le monde dépendant de la pollinisation animale et des rendements mondiaux moyens de cultures telles que le riz, le maïs et le blé qui devraient diminuer de 3% à 10% par degré de réchauffement supérieur aux niveaux historiques.

 

Chronologie

  • 17 septembre 2020

Présentation du plan cible en matière de climat à l'horizon 2030

  • 8 juillet 2020

Adoption des stratégies de l'UE pour l'intégration du système énergétique et pour l'hydrogène destinées à ouvrir  la voie à un secteur de l'énergie décarboné, plus efficace et plus interconnecté

  • 20 mai 2020

Présentation de la stratégie de l'UE en faveur de la biodiversité à l'horizon 2030, visant à protéger les ressources naturelles fragiles de notre planète

  • 20 mai 2020

Préparation de la stratégie "De la ferme à la table" visant à rendre nos systèmes alimentaires plus durables

  • 11 mars 2020

Proposition de plan d'action en faveur de l'économie circulaire, axé sur l'utilisation durable des ressources

  • 10 mars 2020

Adoption de la stratégie industrielle européenne, un plan pour une économie parée pour l'avenir

  • 4 mars 2020

Proposition d'une loi sur le climat, visant à garantir que l'UE sera neutre sur le plan climatique d'ici 2050.

  • 14 janvier 2020

Présentation du plan d'investissement du pacte vert pour l'Europe et du mécanisme pour une transition juste

  • 11 décembre 2019

Présentation du Pacte Vert pour l'Europe