This site uses cookies in order to function as expected. By continuing, you are agreeing to our Usage des cookies.
Agree and close

Folder Biodiversité en ville

Partout dans le monde, des plantes et des animaux  cohabitent avec les hommes dans les villes . Certaines espèces sont choyées, cultivées, domestiquées et trouvent toutes leur place en ville. Les citadins les ont choisies et sélectionnées : chats, chiens, perruches... pour leur tenir compagnie, géraniums, arbres à papillons... pour fleurir leurs balcons ou leurs jardins, platanes, marronniers d’Inde pour verdir leur avenues.
Plusieurs de ces espèces, les arbres à papillons ou les perruches, par exemple, se sont si bien acclimatées au milieu urbain qu’elles se sont échappées des jardins et des maisons pour s’installer dans d’autres espaces de la ville et former des populations sauvages.
D’autres espèces profitent de la présence de l'homme à son insu ; elles trouvent auprès des citadins le gîte, le couvert et même les moyens de transport. La forte concentration humaine produisant des volumes de déchets considérables nourrit cette biodiversité urbaine qui peut parfois former des populations importantes de rats, de blattes, d’orties, par exemple. Les espèces les plus sensibles, qui ne supportent pas l’agitation humaine se maintiennent en ville dans les boisements peu fréquentés, les cimetières, ou encore les berges de cours d’eau difficilement accessibles.
Les plantes profitent de tous les interstices pour s’installer, elles sont abondantes en ville et rendent de nombreux services. Quelques unes, souvent les plus jolies, sont connues et appréciées : les pâquerettes, les coquelicots... mais, la plupart restent inconnues des citadins.

Sauvages de ma rue est un programme de science citoyenne: c'est à la fois un projet pédagogique animé notamment  par l'association Tela Botanica,un projet scientifique du laboratoire CESCO du MNHN. .